fbpx

Du Kyudo dans la photo

Le Kyudo, serait-il une sorte de bokeh, un nouvel objectif, un nouvel appareil plus ou moins hybride ? Non, rien de tout ça, quoi que … Le Kyudo c’est l’art japonnais du tir à l’arc.

Quel est le rapport entre la photographie et le Kyudo ?

En premier lieu, il a la forme d’une matriochka (poupée russe) littéraire.

Le photographe que je suis, passe beaucoup de temps le nez dans les livres sur la photo.

C’est un très bon moyen de construire ma culture, je n’ai pas forcement la possibilité de parcourir les expositions.

Le livre est un formidable outil pour « voir » le travail des grands, des maîtres, des autres.

L’œil s’éduque, comme le palais de l’œnologue.

Mon « référentiel » en la matière, c’est https://thomashammoudi.com/.

Thomas, c’est un peu mon GPS lecture. En plus d’être un bon photographe, il a une approche très culturelle de cet art.

J’ai acheté, sur ces conseils, un petit bouquin qui s’appelle « petite philosophie pratique de la prise de vue photographique »( JC Bechet/ P Krasprzak). Et dans celui-ci, j’ai trouvé mention d’un autre. (d’ou le concept de matriochka) « le zen dans l’art chevaleresque du tir a l’arc » ( E Herrigel)

Rien à voir avec la photographie me direz-vous, certes. Mais, il y a toujours un mais,  c’était le livre de chevet de Cartier-Bresson, qui lui a un lien avec la prise d’image.

L’intérêt que lui portait le grand-maître s’ajoutant a une vielle attirance personnelle pour cette discipline, je me suis empressé de le lire.

C’est le récit très philosophique, d’un philosophe (normal) allemand, qui profitât d’un séjour de quatre ans au Japon pour s’initier à cet art, dans les années cinquante.

À titre personnel, j’ai une fascination pour la manière dont les japonais font les choses. Leur approche de l’excellence dans tout, dans le moindre geste, le plus petit détail.
Tout ce dont j’aimerais être capable…
Le kyudo, est une « chorégraphie » dont les acteurs sont : l’humain, l’arc, la flèche, la cible.
Ils font un tout, en pleine conscience, dans l’instant présent.
Pratique quasi-méditative, basée sur la respiration.
De la qualité de leur relation va naître le geste parfait, l’harmonie.
Tous ces éléments doivent faire « un ».
Que la flèche atteigne la cible, n’est pas l’objectif principal, dans la pratique contemporaine.
À aucun moment, l’humain  la vise, il en a « simplement » l’intention.
Ce qui importe, c’est que le geste soit parfait, que l’archer ait une position juste, une gestuelle idéale au moment ou il bande son arc, la corde un son pur au moment ou elle est lâchée. Et surtout, que l’archer soit presque « surpris » par le décochage de la flèche.
Toute une chorégraphie entoure ce moment. Il y a l’avant, la « danse » , la manière dont on va prendre place sur le pas de tir. Il y a l’après, la manière dont on termine la cérémonie.

Ok c'est bien beau mais quid de la photo ?

On peut transposer ce dernier paragraphe dans le monde de la prise de vue.
Imaginez un triptyque : le photographe, l’appareil, le sujet.
Il y a l’avant… Il voit la scène, le cadrage qu’il veut faire, l’image.
Il met son appareil devant son visage.
La pleine conscience de l’instant présent…
Il stabilise sa respiration. L’œil dans le viseur, ici et maintenant, il n’y a rien d’autre.
Il fait sa mise au point.
Le geste doit être parfait, comme la position du photographe, assis, debout, couché.
Son intention est d’enregistrer sur sa pellicule ce qu’il voit, peut-être y aura-t-il autre chose, un mouvement, un imprévu, peu importe.
Le doigt appuie sur le déclencheur « presque » par surprise, tant il tend vers son sujet.
La photo est prise.
Il y a l’après, le photographe reprends sa respiration, se retire, laissant la scène suivre le cour de sa vie, il n’en aura prélevé qu’une fraction de seconde.
Peut-être pense-t-il a la photo suivante, ou pas…
Sans doute, prend-il un peu de temps pour regarder « de visu », sans son outil, pour simplement profiter du moment présent.
 

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :